La transition de Sage vers un modèle de vente axé sur la souscription n´est pas un chemin sans embuches. Certes, le chiffre d´affaires de l´entreprise continue de progresser. Au cours de l´exercice 2019 de l´éditeur, il a crû de 5,6% à 1,82 Md£ par rapport à l´an passé, si l´on exclut la contribution des actifs revendus (Sage Pay et l´activité au Brésil). A l´inverse, le résultat opérationnel s´est replié de 13% à 432 M£. Un recul important qui tranche avec la hausse de 22,7% qu´avait enregistrée le bénéfice opérationnel en 2018. Il tient, aux dires de l´éditeur, à ses investissements dans son portefeuille de produits cloud. L´entreprise a également mené des opérations de croissance externes, comme le rachat de l´irlandais AutoEntry et de la société Allocate.AI.

55% des clients de Sage convertis à la souscription

Sage réalise néanmoins de nets progrès en ce qui concerne la conversion de ses clients à la souscription. Ils sont désormais 55% à avoir adopté ce mode de consommation de ses solutions contre 45% un an auparavant. Quant à la plate-forme Sage Business Cloud, elle attirerait 48% (+19%) des clients. Cette croissance tient plus à des connexions à Sage Business Cloud qu´à une adoption native du service. Tout cela permet néanmoins à Sage d´afficher une croissance annuelle de son revenu récurrent de 10% à 1,6 Md£ (+5% à 239 M£ en France). Le chiffre d´affaires récurent annualisé s´est amélioré de son côté de 12,6%.